Le programme d’urgence climatique biennois

Biel/Bienne 17 juillet : La JS Bielingue a présenté aujourd’hui son programme d’urgence climatique sur la place centrale et l’a ensuite remis au secrétaire général de la Direction de la construction, de l’énergie et de l’environnement. La JS appelle donc la ville à mettre fin à son inaction en matière de politique climatique et présente son propre catalogue de mesures immédiates.

Ce matin, la JS Bielingue a invité les représentant.e.s des médias à une conférence de presse et a présenté le programme d’urgence climatique biennois directement sur la place centrale devant le Secrétariat général de la Direction de la construction, de l’énergie et de l’environnement. Ensuite, elle a remis le catalogue des mesures immédiates au secrétaire général de la direction générale, Franz Schnider.

La JS veut mettre fin à l’inaction de la ville Avec la déclaration de l’urgence climatique le 19 septembre, le conseil de ville a reconnu le changement climatique comme une crise qui doit être surmontée et qui menace l’existence de la ville. Malheureusement, la ville n’a pas fait grand-chose au cours des dix derniers mois et son comportement n’a pas été adapté à une crise qui menace son existence.

Pour la JS Bielingue, cette inaction est une négligence et c’est pour cela qu’elle a présenté aujourd’hui son propre catalogue de mesures immédiates. Elles représentent un premier pas vers une ville climatiquement neutre. La JS Bielingue a notamment exigé la suppression de la voiture à Bienne d’ici 2030, la gratuité des transports publics à Bienne et la renonciation totale à l’Axe Ouest.

La JS Bielingue exige maintenant que la ville mette fin à cette inaction en matière de politique climatique et prenne enfin les premières mesures immédiates, et espère maintenant que le programme d’urgence climatique de Bienne lui servira d’inspiration.

Pour la JS, cependant, il est également clair que ces mesures ne sont qu’un premier pas vers une ville climatiquement neutre. En plus de ces mesures immédiates, des mesures plus radicales et de plus grande portée sont nécessaires, mais la plupart d’entre elles ne peuvent être mises en œuvre qu’au niveau fédéral et cantonal.

Le programme d’urgence climatique biennois

Pas de racisme dans les bars biennois !

A l’heure des manifestations mondiales de Black Lives Matter, les questions de racisme prennent une place importante dans le débat public. Le racisme systémique n’a pas pour autant disparu. L’expulsion d’une personne de couleur sans aucune raison apparente du Tiffany’s Bar à Bienne samedi soir en est un exemple extrêmement choquant. La réputation de ce bar auprès de la communauté noire, ainsi que l’incident lors de la manifestation Black Lives Matter de Bienne en sont d’autres, qui concernent tous le bar en question.

Samedi soir 11 juillet, certain.e.s client.e.s du bar « Tiffany’s » à Bienne ont été témoins d’une scène d’une grande violence. Un client de couleur qui se tenait debout et qui parlait avec des client.e.s blanc.he.s assis.e.s à une table s’est fait expulser du bar par le patron, avec l’aide de plusieurs serveurs. Alors même que le groupe d’amis trouvait la discussion intéressante et que la personne de couleur ne dérangeait personne.

L’intervention de membres du groupe d’amis auprès du patron, pour lui dire que la personne de couleur ne dérangeait pas et que la discussion était amicale n’a servi à rien. Il a été assez vite clair qu’il s’agissait d’un acte raciste inacceptable. La personne concernée a confié sur le trottoir que ce n’était pas la première fois qu’un tel événement lui arrivait dans ce bar. De nombreuses personnes de couleur ont confirmé qu’il était de notoriété commune que les personnes noires n’étaient pas les bienvenues dans ce bar. Il est d’autant plus choquant qu’il s’agit d’un bar qui a la réputation d’accueillir une clientèle composée de personnes marginalisées de Bienne.

Il est important de noter qu’il ne s’agit pas d’actes racistes isolés qui concernent ce bar. Des activistes qui ont participé.e.s à la manifestation Black Lives Matter, qui a eu lieu à Bienne le 5 juin, ont témoigné d’un incident qui a eu lieu lors du passage de la manifestation devant le bar en question. Les manifestant.e.s se sont fait huer et jeter des objets dessus de la part de personnes présentes au Tiffany’s. Les manifestant.e.s se sont arrêté.e.s et ont scandé des slogans antiracistes, ce qui a eu pour effet de faire rentrer ces personnes dans le bar et de s’y barricader.

Il est inacceptable pour la JS Bienne que de tels actes racistes puissent se produire. Il est inacceptable que les espaces publics ne soient pas accessibles de la même manière pour les personnes blanches que pour les personnes noires. Il est inacceptable qu’un client se fasse expulser d’un bar sous le seul prétexte de sa couleur de peau. Il est inacceptable que la communauté noire de Bienne doive, pour se protéger, éviter de fréquenter certains établissements publics.

Pas de plateforme pour le fascisme ! Appel au boycott du Biel-Bienne !

Bienne, le 3 juillet : Dans son dernier numéro, le Biel-Bienne a présenté Jürg Scherrer, le candidat fascistoïde et raciste au conseil municipal sans aucune critique, soutenant ainsi sa politique de banalisation du fascisme. La JS Bielingue appelle donc au boycott de ce journal. 

Dans le numéro du Biel-Bienne du 1 et 2 juillet, l’ancien conseiller municipal Jürg Scherrer a été interviewé au sujet de sa candidature au conseil de ville sur la liste de l’UDC. À part quelques questions timidement critiques, Jürg Scherrer dut uniquement répondre à des questions faciles et sans critique et a eu l’occasion de se mettre en scène sur toute une demi-page.

Scherrer s’est notamment plaint d’être souvent décrit comme un raciste et un extrémiste de droite. Les déclarations de Scherrer, comme le fait qu’il considère les chambres à gaz de la Seconde Guerre mondiale comme un « détail de l’histoire » [1]ou que les Kosovares sont généralement des criminels[2], n’ont pas été remises en cause par la Biel-Bienne.

“Avec cette attitude totalement dénuée de toute critique, le Biel-Bienne soutient l’extrémiste de droite Jürg Scherrer dans son auto-dramatisation en tant qu’homme politique « bourgeois », et ce faisant, elle est en partie responsable de la banalisation du fascisme », explique Fabio Oberle, candidat au conseil municipal de la JS Bielingue et membre du comité, Léa Dubochet, ajoute : « Le journal Biel-Bienne ne garde pas de distance critique avec les politiciens d’extrême droite et devrait donc être boycotté par les lecteurs et les annonceurs. ”

Pour la JS, le fait que l’extrémiste de droite Scherrer figure sur la liste du conseil de ville de l’UDC souligne encore le caractère fascistoïde de ce parti.

[1]:https://www.nzz.ch/article86J7V-1.395845
[2]:https://www.nzz.ch/newzzD7UECTA4-12-1.434881

 

Pas de l’expulsion de personnes marginalisées!

source de l’image: [1]

Biel-Bienne 9 juin : La JS Bielingue est consternée par l’expulsion de personnes marginalisées de la place de la gare par la police cantonale et demande l’arrêt immédiat de cette pratique discriminatoire. 

JS Bielingue a été choquée de lire l’article publié dans Le Matin[1] le 6 juin sur l’expulsion systématique de personnes marginalisées de la place de la gare par la police cantonale qui distribue des amendes et leur interdit l’accès au périmètre. Par cette répression arbitraire, la police cantonale prive toute une classe sociale du droit d’utiliser l’espace public et d’être visible.

La JS Bielingue exige que la ville de Bienne et la police cantonale mettent immédiatement fin à cette pratique discriminatoire, qui viole tous les principes de l’État de droit. En outre, la JS est profondément déçu par la ville de Bienne et le conseil municipal. Pour eux, les idéaux sociaux inhumains d’une politique bourgeoise semblent plus importants qu’une ville ouverte et offrant un foyer à tou.te.s.

« Au lieu de chasser les personnes marginalisées de l’espace public, la ville devrait l’agrandir et le rendre accessible à tou.te.s », exige Fabio Oberle, membre du comité de JS Bielingue, et ajoute : « En luttant contre les personnes touchées par la pauvreté et non contre la pauvreté elle-même, la ville soutient la stigmatisation sociale des personnes touchées par la pauvreté. “

[1]: https://www.lematin.ch/suisse/desoeuvres-chasses-gare-sonnent-revolte/story/11761111

Solidarité au lieu des profits !

Pour cette journée internationale des travailleurs.ses, la JS Bielingue appelle à la solidarité face aux conséquences économiques de la pandémie de CORONA. Ces conséquences doivent être assumées par ceux qui s’enrichissent systématiquement aux dépens du grand public.

« La solidarité, plus que jamais ! » est la devise de la fête du travail de cette année. La JS Bielingue soutient ces demandes, la pandémie de CORONA doit donc entraîner une redistribution des richesses, qui est de toute façon impérative depuis longtemps. La crise économique qui s’annonce est la conséquence d’un système économique capitaliste conçu essentiellement pour la croissance et les énormes profits de quelques privilégiés. Par conséquent, les conséquences économiques doivent être payées par ces quelques profiteurs. Nous ne leur paierons pas cette crise!

Il est inacceptable que les règles de santé et de sécurité dans les professions de soins soient assouplies alors que les entreprises reçoivent de nombreuses aides de l’État et versent en même temps des millions en dividendes. « La solidarité, plus que jamais » doit entraîner une redistribution des plus riches vers les travailleurs.ses de soins d’importance cruciale pour le système.

La JS Bielingue soutient le projet de la réserve culturelle!

Pendant la réunion du 16 Janvier les membres de la JS Bielingue ont décidé de soutenir le projet de la réserve culturelle en tant qu’alternative envers le projet AGGLOlac de MOBIMO. 

Cela fait des années que la JS Bielingue s’oppose au projet d’habitations MOBIMO au bord du lac entre Bienne et Nidau avec véhémence, car la vente de terrain et la construction de logements à but lucratif qui y sont associées entraînent la dé-démocratisation du terrain, la redistribution du bas vers le haut et la gentrification [1].

En revanche, la réserve culturelle offre une alternative dans laquelle la population de Bienne et de Nidau serait non seulement débarrassée du danger du MOBIMO, mais gagnerait aussi un espace libre et des possibilités de participation [2].

La JS Bielingue s’est déjà battue pour des espaces ouverts plus participatifs avec l’initiative d’utilisation provisoire lancée en 2017. Par conséquent, les membres considèrent le projet de la réserve culturelle comme un projet de plus dans la lutte pour une ville appartenant au peuple et non au capital !

[1], Position par rapport au projet AGGLOlac

[2], Site internet de la réserve culturelle

Robert-Walser-Sculpture

Merci!

Ces derniers mois une œuvre d’art gigantesque se trouvait sur la place de la gare. Un œuvre d’art qui était accessible à tout le monde, indépendamment du statut social, et sur laquelle tout le monde pouvait s’engager à continuer sa création. Un hommage à Robert Walser, un écrivain biennois qui s’est toujours préoccupé de ceux qui avaient été exclus de la société. Un engagement qui est tout aussi important maintenant qu’a l’époque.

La JS Bielingue remercie Thomas Hirschhorn et tout ceux qui ont aidé à réaliser ce magnifique projet et espérons voir de plus en plus de projets (alternatifs) comme celui-ci, ouverts et accessibles à tous.

L’initiative „animons les espaces vides!“ a été acceptée

Hier au conseil de ville (pour la première fois dans les 15 ans d‘histoire de la JS Bielingue!), notre initiative communale „animons les espaces vides!“ soumise impartialement a été acceptée sous forme de réglement! Malheureusement, nos revendications n’ont pas toutes été satisfaites lors de la mise-en-oeuvre, mais il s’agit tout de même d’une amélioration massive des possibilités socioculturelles et de l’animation des espaces vides à Bienne.

La motion pour un état d’urgence climatique est déclarée non valable – La JS met le Conseil municipal face à son devoir

Communiqué de presse du 19.04.2019
Bienne – La motion multipartite « Prendre au sérieux les écoliers/ères en grève* – déclarer l’urgence climatique » a été déclarée non-valide à la demande du Conseil municipal. La jeunesse socialiste (JS) critique cette décision et appelle à présent le Conseil municipal à proclamer de sa propre initiative l’état d’urgence climatique. Voir l’article

La JS voit le Règlement de la Ville prévu avec scepticisme

Communiqué de presse du 15.04.2019
Un des objectifs déclaré de la révision est d’améliorer les possibilités de participation
des Biennois-e-s. La JS estiment pourtant celles-là même menacées : Ainsi la
population ne devrait pas nécessairement voter le budget et les montants à partir
desquels les dépenses rentrent dans le domaine de compétence des votants se
verraient plus fortement augmentés que la hausse des prix ne le justifierait. Une
volonté de renforcement de la démocratie devient suppression de la participation
démocratique.
Voir l’article